31 mars
1er avril 2015
paris | porte de versailles | hall 3

Enquête


RESULTATS DE L’ENQUETE LSA/MDD EXPO - MARS 2015

Les repondants:

72 entreprises ont répondu à l’enquête LSA/MDD Expo.
Parmi ces répondants, notons une bonne représentation de toutes les tailles d’entreprises : 15 entreprises de moins de 20 salariés, 12 de 21 à 50 salariés, 17 de 51 à 200 salariés et 28 de plus de 200 salariés.
Globalement 33,3% sont filiales d’un groupe et 66,7% sont des entreprises indépendantes.

Si 40,28% des répondants font plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, ce sont 13.89% qui font moins de 5 millions d’€, 12.5% entre 5 et 10 m€, 6% entre 10 et 20m€ et 26.39% de 20 à 50m€, on peut dire qu’il y a une bonne représentativité de toutes les tailles d’entreprises, TPE/PME/ETI et groupe.

La part des MDD dans le chiffre d’affaires des répondants : 

2.78% travaillent exclusivement pour des MDD, 57% réalisent moins de 50% de leur CA en MDD, dont 20% font moins de 10% et 50% moins de 30%. Il y a une stabilité dans la part de chiffre d’affaires réalisé en MDD par les répondants, avec 43,06% qui réalisent plus de 50% de leur CA en MDD (43,16% en 2013 et 2014).

Concernant le type de MDD fabriquées par les répondants : 

On constate une nette évolution dans les gammes proposées : 48.61% des répondants font du premier prix (soit une diminution de près de 10 points par rapport à 20.13 et 2014, on note une stabilité des MDD cœur de gammes avec 84.72% et une très forte augmentation du premium 61.11% contre 46% en 2013 et 2014, 13.9% font des marques régionales. Elles sont également 9.72% à fabriquer du bio. Ce constat correspondant la diversification et l’élévation en gammes de l’ensemble des circuits de distribution : GMS, RHF, épicerie fine, et bio.

Le moral des fabricants :
Travaillez-vous exclusivement pour des distributeurs en France ?

Si 21% travaillent exclusivement pour des distributeurs français en France, ils sont 79% à travailler pour d’autres secteurs et à l’international.

A l’international, ils sont 63,77% à travailler pour les implantations internationales des distributeurs français. Ce chiffre est en constante évolution et indique bien que les distributeurs français (tous circuits confondus) sont des facteurs de développement international des entreprises françaises, mais aussi, comme l’avait rappelé Dominique BRABANT du groupe AUCHAN lors de sa conférence au salon 2014, que les entreprises françaises ont su s’adapter à la spécificité des marchés internationaux de ces distributeurs et ont intégré dans leur fonctionnement les règles et les impératifs liées à l’export.

Ils sont également 61.11% à travailler pour des distributeurs internationaux dans leur pays.

Globalement à l’international, ils travaillent pour 69,44% sur l’Union Européenne et 26,4% hors Union Européenne.
Sur les Pays européens, on trouve tous les pays limitrophes (Grande Bretagne, Allemagne, Espagne etc.. mais aussi les Pays scandinaves, les Pays Baltes, la Pologne) pour les Pays hors UE, on trouve la RUSSIE, la CHINE et le JAPON.


En France, vous fabriquez des produits mdd pour combien de groupes de distribution ?
20 entreprises travaillent avec 1 ou deux donneurs d’ordre : dont 10 exclusivement avec une enseigne de Distribution française, 2 avec deux enseignes, 5 fabriquent des produits pour des grands industriels, 3 pour des épiceries fines.
43 entreprises travaillent avec plus de 5 enseignes dont 14 avec plus de 8 donneurs d’ordre (distributeurs-industriels et autres circuits de distribution)

Globalement en France et à l’international, s’ils sont plus de 90% à travailler avec la grande Distribution, ils travaillent aussi pour le réseau RHD/RHF pour 8,33%, même chiffre pour les épiceries fines, 5.56% pour le freezer center, et 6.94% pour des industriels, et enfin 1.39% pour le e-commerce. Ces chiffres confortent les organisateurs de MDD EXPO dans leur volonté d’ouverture du visitorat vers les différents secteurs commercialisant des « marques propres » en France et en Europe

Pour ce qui concerne le MORAL des fabricants à l’issue des négociations : 

Ils ne sont plus que 2,78% à se dire moins stressés, 47,22% se disent plus stressés, quand 50% répondent « identique ».

Pour le devenir du marché des MDD en 2015, ils sont 32% à se dire optimistes ou très optimistes, et aussi 32% à se dire pessimistes ou très pessimistes, avec une baisse significative de ceux qui se déclare « identique » : 36% contre 42% en 2014.

A la question « comment envisagez-vous votre chiffre d’affaires en 2015 » :
« En forte croissance » pour 2.78%, « en croissance » pour 40.78% contre 33,33 en 2014, et « stable » pour 37,5% contre 40,35% en 2014. La confiance dans les produits à marques de leurs clients est donc patente.
Par contre la crainte d’une baisse de chiffre d’affaires se stabilise à 19,44% (19,3 en 2014)

Pour ceux qui craignent une baisse : cette baisse est estimée être au profit des marques nationales pour 36,11% et des marques de PME pour 13,89%

Sur le métier :


Pour ce qui concerne « le métier » dans les priorités apparues dans les négociations : là encore une majorité met « le prix » en première priorité des distributeurs (80,56% en 2015 contre 80,07% en 2014), l’innovation arrive pour seulement 9,72% et l’amélioration qualité/prix pour 6,94%. Un petit plus sur la logistique et l’excellence opérationnelle avec 2,78%,
Par contre, une fois de plus le développement durable n’est pas cité parmi les priorités des distributeurs, pas plus que la traçabilité, mais pas de conclusions hâtives, quand vous discutez avec les fabricants comme les distributeurs, ils vous indiquent qu’eu égard aux réglementations, ce sont deux points qui sont naturellement intégrés dans les négociations, les cahiers des charges et les certifications.

Les relations avec vos clients distributeurs sont pour vous ? :
Pour ce qui est de la qualification des relations avec les clients : une augmentation de plus de 2 points estiment les relations plus compliquées 56,94% contre 54,39% en 2014, et seuls 2,78% l’affirment plus simple quand 40,28% disent « comme d’habitude ».

Pour les MDD, les contrats se signent ? :
75% indiquent que les contrats sont annuels, ils étaient 75,44% en 2014 et 68,42% en 2013,
15,28% des contrats sont signés tous« les deux ans » et 9,72% pour 3 ans et plus.


En 2015 les innovations recherchées par les distributeurs sont principalement ?
Pour ce qui concerne les innovations : il y a une répartition différente des années précédentes. Même si les innovations apportant un prix à la baisse restent la première recherche pour 31,94%, les innovations associant une amélioration qualité/prix passent à 26,39 %, les innovations marketing et apportant de nouvelles fonctionnalités sont à 27,78% et les innovations packaging sont de 13,39%.


Globalement, pour l'avenir de votre métier de fabricants de marques de distributeurs vous êtes ? :
65% ont confiance en l’avenir des MDD, (5.56% se disent « très optimistes » contre3,51% en 2014) , et 56,72% se disent « optimistes » ( 57,83% en 2014) « optimistes », avec une baisse des « pessimistes » qui passent de 38,60% en 2014 à 34,72% en 2015.

QUELLES CONCLUSIONS PEUT-ON TIRER ?

Parmi les répondants, il y a une bonne représentation de toutes les catégories de fabricants que ce soit TPE/PME/ETI et filiales de groupe. Il y a aussi une bonne répartition des différentes catégories : produits frais et épiceries salées et sucrées, liquide …

Tout d’abord, on constate une très nette évolution des entreprises qui fabriquent des marques propres (MDD) pour les différents secteurs de la distribution en France (GMS/RHD/freezer center etc… On constate aussi une évolution de l’ouverture internationale de ces mêmes entreprises. Les enseignes françaises implantées à l’international prennent une part importante dans le développement international de ces entreprises, mais on constate aussi que ces mêmes entreprises ont fortement développé leur business avec des enseignes internationales dans leurs pays respectifs.

Peut-on en conclure une forte orientation des entreprises dans la diversification à la fois de leur clientèle, ce qui viendrait confirmer aussi, l’adaptabilité et qualité de leur savoir-faire pour répondre à ces différents segments de marchés et ces différents Pays. Ceci amène aussi une réflexion sur l’élargissement du spectre des MDD aux différents segments de marchés vers des « produits à façon » capables de répondre aux impératifs de qualité, de conditionnement et de logistique de ces différents secteurs.

Haut de page